Patrick Mathé, fondateur de New Rose, a rejoint le paradis des punks et des rockers

rock-wide-web Portrait Patrick Mathé New Rose par Alain Duplantier
©Alain Duplantier

Patrick Mathé s’en est allé sans bruit le 18 novembre dernier, à l’aube de son 70e anniversaire. Armé de son harmonica, le fondateur des mythiques labels français New Rose et Last Call, tape désormais le bœuf au delà des nuages avec Calvin Russel, Lux Interior, Johnny Thunders, Jeffrey Lee Pierce et Alex Chilton…

Infatigable dénicheur de talents, producteur génial d’artistes en devenir, distributeur énergique d’autoproduits et sauveteur de gloires déchues, Patrick Mathé est devenu au fil de sa carrière la légende au cigare vissé au coin du bec du milieu du disque.

Doté de cages à miel promptes à aiguiser son flair, d’un culot sans limites et d’un charisme évident, il a marqué la mémoire des passionnés de musique tant par la qualité et la quantité des artistes figurant dans ses catalogues que par son talent de conteur enrichi d’anecdotes aussi acides que croustillantes.

Les prémices

Sur les bancs d’HEC, Patrick Mathé ne montre d’intérêt que pour le vinyle… Il sort un mémoire sur « le marketing dans le disque » et se fait embaucher à 23 ans par RCA comme… chef des ventes ! A son retour du service militaire, la place est prise. On le pousse vers la porte avec deux ans de salaire. Une aubaine pour celui qui ne s’imaginait pas faire carrière dans les sentiers battus d’une major.

Il s’engage avec un ancien collègue dans la création de Sirène, une petite chaîne de 4 magasins de disque qui bat rapidement de l’aile. Patrick est salarié dans la boutique parisienne de la rue Saint Sulpice qu’il rebaptise Music Box : import anglais, développement de la vente par correspondance et premiers pas dans la licence avec le label Flamingo (R. Stevie Moore, Extraballe, The Count, C.O.M.A., Jah Woosh). Il rencontre Claude Carrère avec lequel il signe un contrat de distribution pour son petit catalogue proposé aux disquaires entre les opus de Sheila et Linda de Suza. L’affaire n’est pas très florissante et Patrick s’ennuie rapidement…

L’aventure New Rose

rock-wide-web new rose la boutique parisLouis Thévenon lui propose de s’associer pour monter leur propre magasin, avec un investissement d’à peine 70 000 francs et beaucoup d’huile de coude. Ils baptisent l’entreprise New Rose, du nom du 1er single des Damned : le ton est donné. L’artiste Philippe Huart assure la charte graphique de la boutique – déclinée en noir et rose – des murs aux

 

sacs plastiques. Quand la boutique du 7 rue Pierre Sarrazin ouvre en mars 1980, les clients se bousculent au portillon.

Au bout de quelques mois – le virus « label » est résistant – les deux acolytes décident de frapper un grand coup en signant The Saints**. New Rose distribue sous licence Paralytic Tonight, Dublin Tomorrow : «  dieu merci, j’avais gardé mon listing du temps où je bossais chez RCA. J’ai pris mon téléphone et en deux jours j’en ai vendu 6000 ! »

Patrick se concentre depuis sur sa seule passion : sortir des disques ! « Mon rêve, c’était de bosser avec des gens que j’avais admirés quand j’étais gamin, et c’est pour ça que j’ai travaillé avec Bo Diddley, Sky Saxon, Roky Erikson… Bon faut dire que même sans internet, trouver des groupes c’était presque facile. Encore qu’Alex Chilton, par exemple, il m’a fallu quatre ans pour le trouver et le signer… inimaginable de nos jours ! »

rock-wide-web New rose patrick Mathe et calvin russel

Au fil des ans, notre homme découvre et signe des groupes British et UK, certains en mal de production locale, à l’instar de Calvin Russel auquel il fournit non seulement des avances mais laisse les droits durant des années. Il est d’ailleurs reconnu pour cela aux USA et même nommé citoyen d’honneur de Memphis***.

« Un magasin, c’était la bonne formule : tu rentres de l’argent tous les jours, ça fait tourner la machine. Le label, si tu arrives sans un sou et que tu veux sortir un disque, t’es comme un con. Il se trouve que moi, n’ayant pas une fortune personnelle, fallait que je fasse entrer immédiatement de l’argent. Au départ quand on s’est lancé, l’idée c’était de sortir quelques disques par an pour se faire plaisir. On n’avait pas du tout prévu que le label allait prendre le dessus à ce point là. »

Quand New Rose décide d’assurer sa propre distribution, il loue un local et embauche. Se devant de proposer un catalogue digne de ce nom, il y ajoute ceux d’une multitude d’autres labels français dont Sordide Sentimental (Joy Division), Invitation au suicide (Certain Général), La Horde (Gogol 1er), Gnougnaf mouvement puis Label étoile (Les Shériff) et une sélection tirée des fonds de catalogue EMI et Pathé.

Voila comment avec de très bonnes ventes en France et à l’étranger New Rose cartonne pendant 20 ans.

Le virage Last Call

La guerre du golf marque un tournant néfaste pour bon nombre d’entreprises. New Rose n’y échappe pas et, en 1992, Louis Thévenon conserve le magasin (qui ferme rapidement) et Patrick Mathé vend le catalogue New rose à FNAC Music en demeurant directeur général adjoint du label.

Un jour, Fabien Ouaki, le patron de Tati, vendeur à Music Box au temps de sa jeunesse punk, envoie à Patrick un disque dont il a financé l’enregistrement : Jean-Philippe Rykiel avec le lama tibétain Lama Gyurme. « Il était convaincu que j’en voudrais pas, sauf que moi, je m’emmerdais au bureau. Tout le monde s’est foutu de ma gueule quand j’ai signé ça mais putain, on en a vendu près de 500 000 distribué sous licence Sony ! »

FNAC MUSIC – qui passe successivement aux mains de la GMF puis d’une filiale du Crédit Lyonnais – se ramasse lamentablement et décide de liquider. « Ce qui entre nous a été la meilleure chose qui me soit jamais arrivée puisque je leur ai racheté mon catalogue beaucoup moins cher que ce que je leur avais vendu ! »

Voilà comment Patrick lance en 1994 Last Call****, son dernier label, à partir du CD d’un lama… Il continue sans relâche l’aventure avec Eliott Murphy, Calvin Russel, Chriss Bayley, ajoutant d’autres artistes à son catalogue à l’instar de Bijou, Screamin’ Jay hawkins, Gary Lucas, The Silencers ou, s’ouvrant aux musiques du Monde, Soledad Bravo et Angel Parra.

« Les plus grosses ventes de ma vie, je les ai faites avec Last Call, où j’avais seulement deux employés », se souvient Patrick Mathé dans une longue interview donnée en 2016 à Jean-Rodolphe Zanzotto pour Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France et de ses partenaires.

Même s’il freine peu à peu ses activités à l’approche de la retraite, Patrick Mathé n’a jamais envisagé de fermer Last Call. Et de toute manière, pour tous les fêlés de musique, New Rose et Last Call sont partis pour survivre longtemps à leur fondateur dans toutes les discothèques des amoureux du punk et du rock !

 

Interview de Patrick Mathé en 2016 pour Galicia

rock-wide-web new rose P Mathé

*Patrick Mathé, quand il faisait venir en France ses trouvailles américaines, n’hésitait pas à monter avec eux sur scène jouer de l’harmonica.

**Le groupe australien, qui cartonne jusqu’alors en Grande Bretagne chez EMI, vient de se rendre coupable d’un 3e album plus fin, intégrant des cuivres sur plusieurs titres. La maison de disque les lâche et ils retournent en Australie. Seul Chris Bailey demeure à Londres, faisant la manche dans le métro ! Patrick parvient à le rencontrer et – après une nuit d’orgie – récupère 5 titres jamais sortis.

*** Hommage de la ville de Menphis 

**** Cri des serveurs évoquant le dernier service avant fermeture dans les bars américains.

 

Quelques artistes signés New Rose et/ou Last Call

Artistes internationaux : Elliott Murphy, Calvin Russell, Bo Diddley, Johnny Thunders, The Saints, Bruce Joyner, Fleshtones, Dead Kenndys, Black Flags, Gun Club, Les Damned, Pianosaurus, Jeffrey Lee Pierce, Alex Chilton, The Replacements, Peter Holsapple, Tav Falco & Panther Burns, Chris Spedding, The Inmates, Roky Erickson, Cocteau Twins, Phill Gammage, The Cramps, Certain General, Joey Vain & Scissors, The Corvairs, The Scarlet Dukes, TCMatic, The Wailers, Big Brothers (groupe de Janis Joplin)

Artistes français : La Souris Déglinguée, Dick Rivers, Snipers, Rythmeurs, Calamités, Warum Joe, Camera Silens, Gilles Tandy, les Soucoupes Violentes, Charles de Goal, Gogol 1er, Les Lolita, Taxi Girl, Marie et les Garçon, Asphalt Jungle…